+33 (0)1 69 33 05 50

Actualité et agenda de l'AFTI

CISCO renforce son partenariat avec l’AFTI

Partenaire de longue date de l’AFTI, Cisco renforce son engagement auprès des formateurs du programme Networking Academy dans l’établissement francilien.

 Le nombre d’Instructor Training Centers (ITC) de Cisco est désormais de 43 sur l’ensemble du territoire français.

 

Chaque année, ce sont 26 000 personnes, en France, qui suivent les formations de la Cisco Networking Academy dans plus de 1 240 académies partenaires.

Le programme, qui a fêté ses 20 ans l’année dernière, dispose d’une plateforme de modules de cours et d’outils disponibles pour tous les publics, qu’ils soient en formation initiale ou continue, allant de la sensibilisation du monde du numérique, jusqu’à la spécialisation.

Les 1.975 enseignants associés au programme sont, eux-mêmes, formés dans les 43 Instructor Training Centers (ITC) de France.

 

L’AFTI, dans le cadre de sa pédagogie, et au bénéfice de ses étudiants, a largement recours aux plateformes Cisco, tant pour des cours en ligne, que des certifications pour l’ensemble de ses formations qui sont au cœur des compétences de l’école :

  • Ingénierie des Réseaux et Systèmes
  • Ingénierie de Développement de Logiciels
  • Ingénierie de la Sécurité des Systèmes d’Information et de la Cyber-Sécurité

 

Ce partenariat se renforce cette année, grâce à l’un de nos Responsables Pédagogiques, qui a suivi le cursus pour disposer des agréments « de Formateur de Formateurs Cisco ».

Ainsi l’AFTI a pu recevoir la labellisation « de Centre de Formation de Formateurs Cisco » (Instructor Training Center – ITC).

La plaque a été remise lors de l’inauguration de la nouvelle formation ARD (Architecte Réseaux de Datacenters), qui s’est tenue mercredi 11 juillet dans les locaux de l’AFTI. Elle est désormais dûment installée dans les murs de l’école.

 

Pour la circonstance, une quarantaine de personnes étaient présentes avec nos partenaires Cisco et Aciernet, des étudiants en Administration des Réseaux et Systèmes, des entreprises membres du Conseil d’Administration (Thales, Cloud Temple, Nokia, Atos, Orange, Econocom), des maîtres d’apprentissage.

Le représentant de Cisco, Christophe Dolinsek, à cette occasion, a dressé un panel des défis que vont devoir relever les sociétés et les écoles du numériques :

  • Plus de 20 milliards d’objets connectés à l’horizon 2020
  • Un taux de dématérialisation de l’administration française, qui devrait passer de 28% à 70% en 2020
  • 6 milliards d’euros de dommages dans le monde, provoqués par l’insuffisance de Sécurité Informatique des réseaux, des systèmes, des logiciels

 

Pour faire face à ces défis, la France va devoir en relever d’autres :

  • 15% d’illectronisme, préfigurant une vraie fracture du numérique quand les administrations et les entreprises se seront totalement dématérialisées pour les formalités, les inscriptions, le commerce en ligne…
  • 80 000 emplois dans le numérique pourraient être vacants d’ici à 2020
  • 4 000 emplois pourraient manquer dans la seule Cyber-Sécurité, enjeu fondamental
  • Et seulement 7% de femmes travaillant dans le domaine du numérique, quand elles étaient encore 12% il y 8 ans, ce qui participe à la pénurie

 

Vous avez dit « illectronisme « ? Le mot est nouveau et concerne toutes les personnes qui ne connaissent rien à l’informatique, n’ont pas d’ordinateur, ne savent pas se servir d’une tablette pour opérer des achats et des formalités en lignes :

  • Soit qu’on ne le leur ait jamais appris
  • Soit par manque d’intérêt
  • Soit par peur (moins on y va, moins on utilise)

 

C’est aussi pour ce motif que Cisco produit des modules accessibles à la sensibilisation, ou simplement savoir se connecter, utiliser un ordinateur ou une tablette, aller sur le e-commerce ou les réseaux sociaux.

Mais du côté des experts du numérique, l’on voit bien aussi les enjeux. Avec potentiellement 80.000 emplois vacants, ce sera toute une industrie du numérique qui aura du mal à répondre aux demandes et aux exigences des clients, des entreprises, du public, des administrations, vers de nouveaux systèmes, qu’il s’agisse d’IOT, de systèmes embarqués, d’intelligence artificielle, de robotique, de datacenters.

 

Conclusion, les portes du numérique sont grandes ouvertes aussi pour les femmes. Se former en ingénierie du numérique est passionnant et l’employabilité y est considérable pour de nombreuses années.

L’AFTI y contribue aussi.