+33 (0)1 69 33 05 50

Actualité et agenda de l'AFTI

Assistant vocal - CFA AFTI

Assistant vocal, quand la donnée s’en va

Un assistant vocal, c’est une application qui reconnaît le langage parlé, qui l’analyse et le restitue en utilisant un synthétiseur vocal. Oui, mais voilà, ce n’est pas que ça. Quid des données enregistrées ? Et surtout à quand des assistants vocaux qui respectent la vie privée ?

Assistant vocal, la technique

Intéressons-nous un peu plus en détail au fonctionnement de l’assistant vocal.

Lorsque vous parlez à votre assistant vocal, le son de votre voix est capté par des micros miniaturisés. Ce son est amplifié et transformé en un signal électrique analogique propre, après avoir été filtré, puis il est transformé en signal numérique. Le cas d’une comparaison avec des phrases préenregistrées simples est possible, ou encore cette comparaison peut se faire au niveau de la correspondance des sons où chaque mot est analysé séparément.

Ces sons sont alors associés à une base de données dans laquelle un algorithme de pertinence va rechercher ceux qui sont le plus en adéquation avec les mots dictés : on parle de reconnaissance vocale.

La phrase est ainsi recomposée, puis, dans la plupart des cas, lue par votre assistant vocal pour confirmer ce que vous lui avez demandé. Les cas d’usages d’une commande vocale sont nombreux, recherche sur internet, envoi d’un message, utilisation domotique, etc.

 

Assistant vocal, la donnée

Plusieurs questions se posent avec les assistants vocaux développés par les GAFAM. À chaque utilisation, vos données sont envoyées dans le cloud et alimentent la masse exponentielle de data, exploitée par les intelligences artificielles.

Ces données sont stockées sur des serveurs auxquels vous n’avez pas accès. Un fait majeur à ne pas oublier, votre voix participe à votre identité. Et désormais, vous n’êtes plus seul à la posséder. Cela soulève deux problématiques essentielles.

Premièrement la notion de vie privée, comme le souligne la CNIL. Prenez l’exemple d’une soirée entre ami.e.s dans votre salon avec un Google Home connecté à côté. Si vos invité.e.s ne sont pas au courant de la présence de cet objet, cela soulève également la notion de consentement…

Toutes les conversations peuvent être enregistrées. Une fois en ligne, ces données y seront pour toujours et seraient susceptibles d’être revendues à des entreprises qui pourront faire un ciblage marketing bien plus affiné. Pire, ces entreprises auraient la possibilité de vous interdire certains services sous prétexte de ces enregistrements !

Assistant vocal, la cybersécurité

Deuxièmement les enjeux en matière de cybersécurité sont importants. Nul système n’est infaillible et les objets connectés regorgent de failles, car la sécurité n’est pas toujours jugée pertinente.

Quel intérêt dans le cas d’une lampe dont la commande est binaire ? Un contournement de la sécurité serait en mesure de refuser l’application d’une commande ou cette dernière pourrait allumer et éteindre la lampe, à une fréquence permettant de déclencher une crise chez un épileptique.

 

L’assistant vocal tend vers la démocratisation générale et sera omniprésent dans l’industrie de demain. La conception d’un assistant vocal privacy by design pourrait permettre un stockage local des informations garantissant le respect de la vie privée ainsi qu’une utilisation hors connexion.

Cela existe déjà dans l’industrie, mais quelles sociétés voudront bien le commercialiser pour les particuliers ? À suivre.