+33 (0)1 69 33 05 50

Actualité et agenda de l'AFTI

Le développement logiciel en première ligne pour lutter contre la propagation du Coronavirus

Alors que le monde de l’informatique se mobilise de diverses manières contre le Covid-19, la filière du développement logiciel intervient dans de nombreux domaines. Avec pour objectif principal de limiter les contacts, de nouvelles solutions apparaissent par le biais d’applications innovantes.

Au travers de son programme adapté, l’école supérieure du numérique AFTI fournit les compétences nécessaires à ses étudiants pour devenir des développeurs accomplis. Sur 24 mois, la formation ETGL – Expert en Ingénierie de Développement et logiciels permet d’alterner temps à l’école et temps en entreprise pour un véritable gain en expérience.

 

Le domaine de la santé aux avant-postes

Devant les conséquences de l’épidémie qui frappe le monde entier, les entreprises du numérique, et en particulier de l’e-santé, œuvrent pour faciliter le quotidien des médecins et des malades. Spécialiste en la matière, Withings met à disposition de ces derniers sa large expérience dans le recueil de données de santé à distance via les objets connectés. Pour aider à faire face à la crise, l’entreprise fait don de thermomètres connectés sans contact aux hôpitaux. Dotées de logiciels embarqués avancés, leurs montres ScanWatch sont actuellement en phase d’amélioration pour mesurer rapidement le taux de saturation d’oxygène dans le sang et favoriser un suivi approfondi des patients atteints du Covid-19.

Autre initiative prometteuse, la détection par scanner thoracique permet de repérer les conséquences au niveau pulmonaire. La société SFR s’est engagée dans la réalisation d’une base de données regroupant un maximum de scanners thoraciques de personnes contaminés. Cela pourrait permettre la création d’algorithmes et le développement de logiciels de diagnostic efficaces. Le dernier communiqué de l’entreprise annonce déjà 6235 scanners obtenus sur 16762 parmi des centres de santé français et étrangers. Ouverte jusqu’en août 2020, la base de données est destinée aux experts informatiques institutionnels et privés dans l’objectif de mettre au point des outils de dépistage avec des algorithmes performants. Ce type de logiciel pourra à terme faciliter la prise en charge des patients. Parmi les organismes impliqués dans le projet, on retrouve l’association DRIM responsable du développement de l’IA en radiologie, l’éditeur de softs médicaux NEHS Digital, ainsi que le CERF.

 

Le développement de logiciel embarqué et l’automatisation

Avec la baisse du coût des technologies d’automatisation depuis une dizaine d’années, la pandémie de coronavirus favorise une nette tendance à leur utilisation. L’obligation de distanciation sociale laisse ainsi le champ libre à un grand nombre de solutions nécessitant des logiciels embarqués dans divers domaines.

Sur le devant de la scène, les robots font leur apparition dans les hôpitaux et les lieux publics afin d’identifier les zones à risque et se charger de la stérilisation. Leur fonctionnement est le fruit de principes tels que la navigation et la détection intelligentes, associés avec différents algorithmes liés aux mesures préventives. Ils constituent un moyen idéal de limiter la propagation du virus. Véritable exemple dans le domaine, la société danoise Blue Ocean Robotics a développé des produits vendus dans plus de 40 pays à travers le monde, dont 2000 exemplaires utilisés dans les hôpitaux chinois. Équipés de capteurs Lidar et de lampes UV, ces robots sont capables de créer une carte numérique de leur environnement pour désinfecter une salle dans un laps de temps de 10 à 15 min. Tout d’abord créés pour diminuer le risque d’infections nosocomiales, ils répondent parfaitement aux besoins de la crise actuelle au sein des établissements de santé.

Le recours aux applications et programmes de diagnostic se retrouve également dans l’automatisation avec les capteurs thermiques et les algorithmes de vision. Déjà employés dans certains pays, des robots sont ainsi à même de prendre les constantes des patients et les caméras de mesurer la température des passants avec une redoutable précision. Pour les mois à venir, on ne peut qu’espérer une automatisation des tests de prélèvement sanguin pour alléger le travail des soignants. Suite à la crise du Covid-19, il est fort probable de voir la recherche informatique se consacrer à l’amélioration du développement logiciel pour la robotisation et l’automatisation.

 

L’avènement de la livraison sans contact est en marche

Comme le faisait récemment remarquer le PDG d’Amazon, les achats en ligne ont considérablement augmenté avec le confinement et la menace permanente du coronavirus. Avec une grande partie des magasins fermés, la population n’a d’autre choix que de se diriger massivement vers les enseignes d’e-commerce. Pour les grandes surfaces, la hausse des livraisons à domicile atteint 73,8 % selon une étude de la société d’analyse de données Nielsen. Des tendances qui engendrent déjà l’utilisation de robots et drones de livraison dans plusieurs pays. Mais en attendant le déploiement de ces livreurs boostés à l’intelligence artificielle et machine learning, la société Scandit a créé une application bien utile. Destinée aux professionnels du secteur, elle permet la validation d’une preuve de livraison sans contact au travers d’un scan de code-barre sur le smartphone des clients. Mise à disposition gratuitement jusqu’en septembre, elle fonctionne de manière simple et intuitive tout en assurant la sécurité de chacun.

Qu’il s’agisse de robotisation, d’applications, d’objets connectés ou autres, le développement logiciel est une étape essentielle à de nombreux projets innovants. L’AFTI compte bien ajouter sa pierre à l’édifice en formant efficacement les développeurs, ingénieurs et architectes logiciels de demain.