+33 (0)1 69 33 05 50

Actualité et agenda de l'AFTI

logo_github_octocat_site_développeur

Github, le paradis des développeurs

 logo_github_octocat_site_développeur

Chaque corps de métier a sa propre communauté sur le web. Les créatifs se nichent sur Behance, les managers et commerciaux se pavanent sur Linkedin. Mais où se trouvent les développeurs ? Un site tend à faire l’unanimité : Github. Ce réseau social affilié au logiciel Git regroupe 24 millions d’utilisateurs, 1,5 million d’entreprises, et des milliards de lignes de codes. Projets pharaoniques, ode à l’open source, entraide permanente ou dépôts humoristiques, faisons le point sur ce qui fait de Github la plus grande communauté de développeurs.

 

Et le pingouin créa Git

Avant de parler de Github, parlons un peu de Git. Linus Torvalds, créateur du noyau Linux, l’a lancé sur le marché en 2005 après un différend avec Bitkeeper. Git est un logiciel de gestion de versions décentralisé. Il sert simplement à garder plusieurs versions d’un code, permettant de collaborer plus facilement au développement d’un site web ou d’une application. L’application fonctionne selon les mêmes principes qu’un Dropbox, mais il garde en mémoire les différentes versions modifiées d’un fichier, avec un système d’arborescence. Au lieu de demander la permission d’agir sur un fichier, le développeur peut « forker » le fichier, autrement dit cloner le fichier vers une autre branche du code, afin de travailler dessus sans interférer avec les autres versions. Il s’agit du logiciel de versions le plus populaire, utilisé par plus de 12 millions d’entités. C’est 3 années plus tard que naît Github, en tant qu’hébergeur et extension du logiciel Git en ligne. Il se différencie ensuite par son aspect social, en permettant aux utilisateurs d’interagir entre eux et de proposer d’autres versions aux projets ouverts. C’est par cet aspect réseau social que Github est devenu un mastodonte d’internet.

 

 

Le paradis du développeur

Les avantages du cloud ne sont plus à prouver, l’accessibilité à tout moment et sur chaque appareil est essentielle pour travailler. Mais Git et Github apportent bien plus que de la collaboration entre équipes, ils permettent aussi de montrer son code à des millions d’autres développeurs, qui sauront proposer des améliorations ou donner des conseils. Facebook par exemple, héberge sur Github une partie de son outil Detectron, utilisé pour identifier les différents éléments d’une image grâce à l’IA. Il héberge aussi des librairies JavaScript pour la création d’interfaces utilisateurs. Google, Huawei, Microsoft, Adobe, Twitter, tous se sont lancés dans l’aventure Github pour montrer leur savoir-faire, ou même recruter des experts de leur écosystème. Pas d’inquiétude, Github ne dévoile pas tous vos projets sans protection, le choix de répertoires privés existe et l’utilisation de licences permettra de protéger juridiquement votre code. On retrouvera aussi des graphiques d’activité sur chaque répertoire, un mini-forum pour reporter les bugs ou suggestions. Au-delà du code, on retrouvera aussi un outil d’exploration des tendances de développement : du machine learning à l’IA, de la cybersécurité aux jeux vidéo, des millions de projets fleurissent sur un site qui sait rester très communautaire.

 

Un site « open source » pour une communauté « open minded »

De par son créateur, Github garde un esprit très ouvert sur le code, mais aussi sur son apprentissage. Le Student Developer Pack propose des outils indispensables au futur développeur : des logiciels, des offres d’hébergement et d’intégration Cloud, des outils de paiement en ligne. Des cours sont dispensés par la Communauté, avec la possibilité de s’exercer et d’être corrigé. On retrouve aussi des guides plus pratiques comme le Front-End interview Handbook pour éviter les faux-pas en entretien, ou plus instructifs comme le Webdeveloper Roadmap qui liste les différentes étapes des métiers autour du développement. Parmi les projets, on découvre aussi des outils open source comme le Polacode, polaroïd du code.

Mais comme tout recoin d’internet où la communauté a la possibilité de s’exprimer, on y trouve aussi beaucoup de dépôts ironiques. On relève notamment le langage TrumpScript

où il est interdit d’utiliser les nombres à décimale car « Les États-Unis ne font jamais les choses à moitié », et où tout le code doit être « home-grown », sans aucune importation d’autres dépôts. Ou l’ironique langage préféré des Infras : le nocode, totalement vide, pour une intégration garantie sans soucis.

 

Github est un équilibre parfait entre l’outil professionnel, éducatif, et communautaire qui a su séduire les développeurs du monde entier par son utilité et son réseau social qui manque encore à ses concurrents. Son côté open source et gratuit a gardé l’âme de son créateur, sans pour autant repousser les géants du web qui garderont un œil sur une plateforme qui réserve beaucoup de surprises pour l’avenir.