+33 (0)1 69 33 05 50

Actualité et agenda de l'AFTI

Le cloud cède sa place au multicloud

Depuis déjà quelques années maintenant, nous travaillons tous (ou presque) sur des plateformes de cloud. Que ce soit à un niveau scolaire ou professionnel, le cloud permet un travail de groupe plus efficient. Mais l’utilisation d’une seule plateforme devient aujourd’hui obsolète dans certains cas. En effet, l’utilisation d’un « nuage » en ligne unique peut comporter des failles. C’est pourquoi une nouvelle stratégie de stockage arrive sur le devant de la scène : le multicloud.

 

Le multicloud, ou l’élargissement des possibles

Le multicloud, par définition, représente l’utilisation de plusieurs plateformes de cloud en simultané. Cette transition parait presque naturelle face au nombre croissant de plateformes qui se créent. Il existe désormais plusieurs catégories de cloud spécialisés, ce qui pousse les entreprises à diversifier leurs fournisseurs.

Le fonctionnement se fait grâce à l’utilisation d’API, ou Application Programming Interface, qui se présente sous forme d’un code qui permet à deux programmes logiciels de communiquer entre eux. Ce code permet de minimiser les coûts et les risques d’erreurs tout en obtenant un meilleur niveau de sécurité possible des données et applications.

Et la sécurité est un point crucial dans l’utilisation de cette stratégie, puisque le degré de sécurité varie d’un cloud à un autre. En effet, certains par exemple empêchent la persistance des données lors du stockage des instances, tandis que d’autres ne suppriment pas intégralement ces dernières.

Plutôt infrastructure, plateforme, ou software ?

Il existe aujourd’hui trois modèles différents lorsque l’on parle de cloud computing. Le premier, IaaS (ou Infrastructure as a Service), permet à une entreprise d’augmenter ses infrastructures et cloud privés. Mais également de protéger le stockage et transfert de ses données sensibles. De plus, l’avantage majeur repose sur l’indépendance de l’emplacement. En effet, l’accès au cloud ne dépend pas d’une position géographique mais uniquement de l’accès à internet.

On retrouve ensuite le modèle PaaS (ou Platform as a Service), ce dernier se base sur la location d’une infrastructure. Ce qui favorise la minimisation des coûts d’investissement. Les deux maîtres-mots de ce modèle sont la flexibilité et l’adaptabilité.

Enfin, il existe le modèle SaaS (ou Software as a Service), le plus intuitif des trois. Ici, il n’y a ni coûts d’équipements supplémentaires ni frais d’installation. Le paiement est « à la carte » ce qui fait que l’on peut utiliser ces logiciels uniquement sur un temps voulu. En outre, si l’entreprise a besoin de plus de stockage (par exemple), l’accès est simplifié et ne nécessite pas l’installation de nouveaux logiciels ou matériels.

 

La boîte à outils du multicloud

Comme dit plus tôt, il existe de multiples fournisseurs de cloud, chacun avec son fonctionnement. Et c’est cette disparité qui rend l’automatisation entre les services et la gestion du multicloud complexe. Les outils de gestion évoluent constamment, mais un élément reste incontournable : Openstack. Cette infrastructure open source provient du système d’exploitation Linux, mais peut être utilisé sur d’autres systèmes. Elle est considérée comme le socle standard du cloud computing. Composée de nombreux outils, on retrouve notamment Sahara pour le traitement de données, Swift pour le stockage, ou encore Nova pour les machines virtuelles.

Un des problèmes rencontrés face à l’utilisation des API repose sur la dépendance que ces dernières génèrent. Pour contrer cette dépendance, il existe plusieurs outils. Des outils tels que Apigee ou Mashery, permettent une gouvernance des services du cloud. Il existe également des systèmes comme ServiceMesh ou RightScale Inc qui sont utilisés eux pour la gouvernance des ressources du cloud.

La dépendance est donc un problème identifié, il est important de savoir le gérer et d’investir en termes de temps et d’argent.

 

La gestion du cloud est devenue le nouveau défi informatique de notre génération. L’évolution constante des serveurs et outils demande aux entreprises qui se lancent dans une stratégie de multicloud beaucoup d’attention et de réactivité. Il est donc essentiel avant de se lancer de bien analyser ses besoins afin de choisir la stratégie la plus optimale pour un bon développement.