+33 (0)1 69 33 05 50

Actualité et agenda de l'AFTI

Objets connectés et données

Objets connectés, la croissance infinie

Les objets connectés, autrement appelés Iot (Internet of things, ou l’Internet des objets en français), permettent l’interconnexion entre Internet avec des objets, ou encore des lieux ou environnements.

L’Iot, c’est 15 milliards d’objets en 2015 et une prévision moyenne de 65 milliards d’ici 2020. Ces objets représentent une évolution inéluctable de la croissance du numérique, venant petit à petit s’immiscer dans nos vies quotidiennes dans une logique d’amélioration de notre confort de vie.

La fulgurante ascension de ces objets, participant à l’ère du Web 3.0, se ferait-elle au détriment de notre vie privée ?

 

Objets connectés : vie privée en péril ?

Aujourd’hui, de plus en plus d’objets du quotidien sont connectés et transmettent des informations personnelles : montres, frigos, ampoules, serrures et bien d’autres. Ainsi, avec le développement constant des technologies et la course vers la miniaturisation, les nouveaux objets connectés viendront envahir la vie privée de demain.

Une balance connectée, un patch collé à votre peau mesurant votre rythme cardiaque, et bien d’autres encore. Sans compter que la collecte des données médicales reste un sujet extrêmement sensible.

Et qu’en est-il des informations récoltées dans un espace public ? Dans une bouche de métro, votre regard se pose sur une publicité numérique : souriez, vous êtes potentiellement espionné !

Rassurez-vous, c’est uniquement pour évaluer la rentabilité de cette publicité.

En sortant de votre supermarché, une notification vous demande d’évaluer votre passage dans les lieux. Contrôle ? Surveillance ? Pas le moins du monde, c’est pour estimer la satisfaction client. C’est « supposément » pour votre bien.

Le nombre de données issues des objets connectés est en croissance permanente. La problématique qui se pose, c’est qu’une grande majorité de ces données possèdent des informations personnelles. Et si ces données pouvaient être dépersonnalisées ou mieux, si celles-ci n’avaient pas besoin d’être reliées directement aux individus ? Dans le cas où elles seraient connectées entre elles à travers les technologies de demain. Leur avenir pourrait rimer avec autre chose que le sacrifice de la vie privée sur l’autel économique. Comment cela serait-il possible ?

 

Objets connectés : l’évolution croisée

Il faut comprendre qu’une technologie n’évolue jamais seule, elle se développe nécessairement en parallèle avec les autres émergences de son époque. Les prochaines années verront des cas d’usage de plus en plus courant des objets connectés, de la Blockchain, de l’IA, etc… C’est au sein de ce contexte qu’il faut penser l’Iot.

Imaginez un instant un futur où certains objets que vous voudrez utiliser ne coûteraient pas le moindre centime. L’usage de l’objet serait rentabilisé uniquement par la revente des données qu’il transmet.

Prenons le cas d’une voiture autonome qui possède des capteurs embarqués pour récolter des informations météorologiques à un endroit et un instant donnés (pression atmosphérique, humidité, force du vent, etc.). Ces données pourraient être revendues à Météo-France qui ne possède que 621 stations sur tout le territoire national. Cela ne peut bien sûr pas concerner les 32 millions de voitures en France, mais cela donne une idée des avenirs possibles.

Imaginez à présent toutes ces voitures qui fournissent des milliards de bits de données, analysées de façon intelligente avec une IA faible et stockées de manière décentralisée sur une Blockchain. 

Envisager de nouveaux modèles, qu’ils soient météorologiques, économiques ou équitables, devient alors envisageable. Une explosion des données est en route. À nous de faire le choix de leurs utilisations.