+33 (0)1 69 33 05 50

Actualité et agenda de l'AFTI

Alternance informatique - CFA AFTI

Pourquoi recruter un alternant ?

Les emplois en alternance se multiplient dans tous les domaines, ce contrat mélangeant formation et expériences professionnelles permet à beaucoup de jeunes, et de moins jeunes adultes d’apprendre et de transformer la théorie en pratique.

On vante souvent l’attractivité de l’alternance à l’apprenant. Mais quel gain pour l’entreprise ? Plus cher qu’un stagiaire, moins présent qu’un salarié, l’alternant est pourtant une source de satisfaction pour l’entreprise.

L’alternant, un bon curseur pour l’entreprise

Le secteur de l’informatique est en plein essor, et les entreprises ont souvent du mal à trouver des collaborateurs pour assurer les missions : les besoins évoluent au gré des technologies et des projets et la polyvalence est difficile à trouver.

Les stages apparaissent souvent trop courts et ne permettent pas, en quelques mois, et encore moins en quelques semaines, de réellement apporter à l’entreprise une avancée technologique suffisante, ou des projets en cours.

A l’opposé, le coût d’un CDD est élevé dans l’informatique, où le salaire moyen est de 49 051 € par an, auquel il convient d’ajouter des indemnités de précarité. Quant à l’intérim, il faut également ajouter les coûts et la marge du fournisseur.

Dans ce contexte, l’alternance semble être un équilibre pertinent pour une entreprise en plein développement. Les contrats de professionnalisation et d’apprentissage sont gratifiés d’une réduction générale des charges patronales, et coûte donc moins cher qu’un CDD classique. De même pour l’étudiant en alternance, la fiscalité peut être avantageuse.

En outre, le montant de la rémunération dépend de certains critères (âge, niveau des études). Un simulateur a été créé par le ministère du Travail, pour les employeurs, afin de chiffrer le budget que peut représenter l’alternant et prévoir exactement les frais à engager.

A propos du rythme de l’alternance

Il n’y a pas vraiment de bon, ou de mauvais rythme. Tout dépend de la formation, de l’école, et aussi du besoin des entreprises. L’alternance la plus fréquente semble être de 4 jours en entreprise, puis une journée en formation. Mais cela est loin d’être une règle, laquelle ne convient pas à tous.

D’autres entreprises ont une nette préférence pour des rythmes de type 2 semaines/2 semaines, ou comme à l’AFTI, 3 semaines en entreprise et 1 semaine en formation.

Il n’est pas rare, que le calendrier prévoit de pleines semaines à l’école en début de formation, pour permettre la mise à niveau des connaissances, l’appréhension de nouveaux outils, de process, ou de technologies liées à l’activité.

Ces rythmes permettent à l’alternant de rester concentré sur son activité, mais aussi de pouvoir acquérir des compétences utiles à l’entreprise. C’est l’une des différences entre un collaborateur classique et un alternant : celui-ci est à la fois formé pour les besoins de l’entreprise, mais aussi par rapport à l’évolution des connaissances et compétences.

De tuteur à manager

Un point souvent oublié de l’alternance est le rôle du tuteur. Chaque alternant se voit attribué un tuteur, qui saura transférer son expertise, évaluer les compétences de l’alternant et l’aidera à s’améliorer dans son domaine.

C’est le tuteur qui amène l’alternant à comprendre comment fonctionne l’entreprise, sa culture, son organisation, et son activité.

Le tutorat est également intéressant pour faire le premier pas vers un rôle de manager. La relation alternant / manager est plus aisée lorsque le tuteur a beaucoup à apporter à l’apprenant.

Les contrats d’alternance allant d’une à deux années, l’alternant peut donc être formé sur une plus longue durée. Par la même occasion cela permettra au tuteur de déléguer des tâches et de glisser vers un rôle de manager. A ce titre, les retours des tuteurs sont très positifs, ils trouvent enrichissantes cette relation et cette expérience.

L’alternance sur 1 ou 2 ans, peut aussi être considéré comme une longue période d’essai. Et il doit être noté que pour l’AFTI, 70% des Alternants sont recrutés en CDI, par leur entreprise d’accueil, une fois le diplôme obtenu. Ainsi, le recrutement n’est plus un hasard, mais devient une véritable cooptation.

L’alternance, une aventure humaine

Tous les alternants ont un passé différent, mais un point commun les réunit : ils ont choisi de reprendre ou de continuer des études tout en travaillant.

Il faut savoir que la charge de travail en alternance est parfois lourde, la semaine de travail s’enchaine avec des travaux scolaires, qui empiètent souvent sur les heures prévues.

Dans ce contexte, les alternants, conscients de cette aventure, font généralement preuve d’une détermination à toute épreuve, c’est un atout non négligeable pour les entreprises.

Un autre trait des alternants est leur soif d’apprendre. L’appréhension du travail est complètement différente, lorsque celle-ci est vue comme un apprentissage et non comme une nécessité, ou une obligation.

Au-delà des questions de rémunération, l’alternant souhaite des missions qui lui permettent d’en apprendre plus sur son futur métier. Il accueille très facilement les nouvelles responsabilités et étudiera plus en profondeur tout ce qu’il approche.

 

L’alternance est en pleine évolution. Elle est souhaitée aussi bien par les entreprises, que par les candidats. Certains diront même que c’est une voie d’excellence pour la réussite professionnelle.

Ce n’est pas un hasard si celle-ci est une prérogative de l’AFTI : la théorie en informatique atteint très vite ses limites, nos formations sont créées pour apporter les compétences nécessaires à votre entreprise, autant qu’à nos étudiants et leur donner un tremplin.