+33 (0)1 69 33 05 50

Actualité et agenda de l'AFTI

Blockchain

Quels sont les usages de la Blockchain ?

Commençons par un rappel rapide de la définition d’une blockchain. C’est une technologie de stockage et de transmission d’informations, sécurisée, transparente et décentralisée. Son cœur est constitué de 3 protocoles :

  • le peer-to-peer
  • la cryptographie
  • la base de données

Le premier cas d’usage de la blockchain historique, ayant participé à sa popularisation, est la cryptomonnaie dénommée « Bitcoin ». Mais ce n’est pas le seul, et en voici des exemples.

 

Le Bitcoin

Le Bitcoin avant d’être une cryptomonnaie est une innovation technologique. Celle-ci permet de transférer de la valeur à une personne sans tiers de confiance.

La première acquisition d’un bien réel date du 22 mai 2010 lorsque Lazlo Hanyecz décide de commander 2 pizzas qu’il paye avec 10 000 Bitcoin.

Avant Bitcoin, la manière la plus fiable et la plus rapide pour transférer une importante somme d’argent d’un compte à un autre était de la retirer en liquide, de la mettre dans une mallette et de se rendre physiquement dans une autre banque pour la déposer.

Aujourd’hui, dès lors que vous possédez une adresse Bitcoin, envoyer une somme à une autre personne devient aussi simple et rapide que l’envoi d’un email.

Diversifications des usages & précisions

Le Bitcoin ainsi que les autres cryptomonnaies ne sont pas les seuls cas d’usages de la blockchain. Ce sont des secteurs aussi divers et variés que les banques et les assurances, l’énergie, la gestion logistique, l’immobilier, la santé, mais aussi la protection de la vie privée, des registres inaltérables, des smarts-contracts, etc…

Pour ce qui va suivre, il faut comprendre qu’une information enregistrée sur une blockchain est inaltérable. Voici les fondamentaux :
Le fonctionnement :

  • Chaque bloc d’une chaine possède au minimum 3 éléments, l’information à transmettre, son hash (empreinte numérique) et l’hash du bloc précédent (c’est ce qui relie un bloc à l’autre et forme ainsi une chaîne).
  • Chaque bloc est horodaté et créé, à travers une technique de minage (proof-of-work par exemple),
  • puis validé par consensus par l’ensemble des utilisateurs du réseau (nœuds) avant d’être transmis à la blockchain.

L’explication : si on modifie ne serait-ce qu’un octet d’un bloc sur la chaîne, son hash change et le bloc devient invalide, il est donc rejeté par la blockchain.

 

Les poulets de Carrefour

Prenons un cas d’usage français, celui des poulets de Carrefour. Cette grande enseigne a décidé d’utiliser la blockchain pour garantir la traçabilité de ses poulets.

Concrètement chaque acteur de la chaîne d’approvisionnement inscrit sur cette blockchain les informations qui le concernent (âge des poulets, vaccination…) à l’aide d’un téléphone portable.

Techniquement, Carrefour utilise une blockchain semi-privée basée sur la blockchain Ethereum. Une fois le smart-contract rempli par tous les acteurs de la chaîne, un QR code est généré permettant de lire toutes les informations d’un bout à l’autre de la chaîne logistique. Ces informations sont fiables, car inaltérables et garantissent aux consommateurs la réelle provenance des poulets de Carrefour.

 

De l’Internet des Objets à l’Internet de l’Énergie

Restons en France avec Daisee — Decentralized Autonomous Interconnected System(s) for Energy Efficiency — qui est un système qui fait le lien entre producteurs et consommateurs d’énergie au travers d’un smart-contract sur la blockchain Ethereum.

Un smart-contract est un programme qui agit comme un contrat entre deux parties. Lorsque chaque partie rempli sa tâche, le smart-contract est exécuté.

Pour les curieux, voici un exemple de smart-contract réalisé par un développeur : l’objectif de Daisee est de rendre la ville de Lyon totalement autonome dans la distribution et production d’énergie reposant sur de nouveaux modèles de gouvernance.

Les cas d’usages de la blockchain sont multiples, mais il ne faut pas oublier que cette technologie est encore jeune et d’une grande complexité, ce qui se traduit par une certaine frilosité quant à son adoption.

Pour un usage à travers toutes les strates de la société, il reste un certain nombre de problématiques à résoudre. Il est fort probable que la prochaine décennie verra la maturité de la blockchain, notamment par une réponse possible aux failles de sécurité liées aux objets connectés.