+33 (0)1 69 33 05 50

Actualité et agenda de l'AFTI

Application StopCovid

L’application StopCovid en question

Voilà des semaines qu’une équipe composée d’experts informatiques, issus d’entreprises triées sur le volet, planche sur l’application de traçage du gouvernement. Supervisé par l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique, le projet devrait être opérationnel le 2 juin prochain selon le Secrétaire d’État Cédric O. De nombreuses difficultés techniques et éthiques se dressent encore sur son chemin.  

C’est pour relever des défis comme celui-ci que l’école supérieure du numérique AFTI forme les développeurs et ingénieurs informatiques de demain. Au travers de ses nombreuses formations en alternance en réseau, cybersécurité et développement de logiciels, les étudiants bénéficient de cursus complets pour combiner connaissances et expérience.

 

Rôle et fonctionnement

Destinée à l’ensemble des Français, l’application StopCovid permet de créer un historique des divers smartphones connectés à proximité via une liaison sans fil. De cette manière, il est possible de retracer les individus ayant été en contact avec une personne malade les jours précédents et de diffuser les bonnes informations à chacun.

L’identité des malades n’est en aucun cas révélée. Seule une série de recommandations est notifiée sur l’écran afin de limiter tout risque de propagation. Une consigne de confinement est bien sûr communiquée en premier lieu, ainsi que la prise de rendez-vous avec un médecin pour réaliser un test de dépistage. La création de l’application StopCovid se présente comme un outil complémentaire au dispositif de déconfinement mis en place par l’État pour éviter l’apparition de nouveaux foyers de contamination.

 

L’utilisation essentielle des signaux Bluetooth

Avec la géolocalisation, le Bluetooth constitue une technologie idéale pour la bonne marche des applications de suivi des contacts. Si la première manque de précision et se montre trop invasive pour la vie privée, la seconde se contente de détecter les terminaux à proximité, sans pister les déplacements. Fonctionnant avec une portée maximum d’une dizaine de mètres, le sans-fil répond aux exigences du gouvernement et se montre à la portée de tous.

Résistant à d’éventuels blocages, la faible puissance du signal Bluetooth assure la confidentialité des utilisateurs. Plus l’intensité du signal est importante, plus deux smartphones sont proches. Une donnée capitale pour déterminer le niveau de risque de contamination du Covid-19 entre les propriétaires de ces derniers. 

Cependant, la mise en œuvre de l’application StopCovid par Bluetooth se profile comme un travail complexe. Le signal pouvant être perturbé par les couches de vêtements, le corps ou un grand nombre de téléphones dans une même zone, le projet nécessite encore des perfectionnements.

 

De nombreux points à régler

N’étant à la base pas prévu pour devenir un outil de mesure de distances, le Bluetooth représente un véritable défi technologique. Son utilisation permanente engendre des inquiétudes sur la consommation d’énergie des smartphones et son degré d’efficacité pourrait engendrer une quantité non négligeable de faux positifs.

Au niveau de la protection des données personnelles, la CNIL a donné son aval concernant le déploiement d’une application sécurisé conformément au RGPD. Elle insiste néanmoins sur le caractère temporaire de cette mesure qui ne doit pas dépasser le stade de la crise sanitaire. Mais le protocole utilisé pour le Bluetooth baptisé ROBERT fait aujourd’hui polémique, car il recense les utilisateurs ayant été en contact avec des personnes testés positives, au travers d’identifiants anonymes dans une base de données centralisée.

Des données essentielles pour savoir qui a été en contact avec qui, mais qui a conduit au refus d’Apple. La diffusion en continu des identifiants anonymes via Bluetooth entre en conflit avec la sécurité du système iOS.

 

D’ici le 2 juin, les équipes de développement du StopCovid vont avoir de quoi s’occuper pour préparer la mise en service définitive de l’application. Avec une dimension médiatique bien plus importante, le projet est similaire aux nombreuses innovations technologiques auxquels doivent faire face quotidiennement les informaticiens de tous horizons. Pour les préparer au mieux, l’AFTI propose un apprentissage de qualité dans les principales branches du domaine numérique.