Deepfake : quelles solutions contre la menace ?

Apparu comme un divertissement pour de nombreux internautes, la technologie deepfake s’est rapidement démocratisée. Avec pour objectif le détournement d’une image ou d’une vidéo, elle représente dorénavant un puissant outil de désinformation. À travers les réseaux sociaux et grâce à l’intelligence artificielle, les deep fake deviennent un véritable problème de société.

Les experts informatiques sont de plus en plus mis à contribution pour lutter contre cette menace grandissante. Grâce à des formations en alternance complètes, l’Afti Numérique prépare ses étudiants à relever de nouveaux défis. De nombreux cursus sont proposés dans des domaines variés :

Quelle est lampleur de la menace ?

Le principe de la deep fake est de remplacer le visage et la voix de quelqu’un sur une vidéo pour changer totalement le message d’origine. En fonction de sa qualité, celle-ci, il est parfois difficile de distinguer le vrai du faux. Cela engendre une méfiance grandissante dans l’information sur Internet.

Des personnes malintentionnées se servent de cette technologie pour alimenter une désinformation. Elles s’appuient sur la notoriété des réseaux sociaux pour faire le buzz et tromper un maximum de personnes. Elles se servent de vidéos de personnes affluentes et les détournent pour leur faire dire des choses qu’ils n’ont pas dites. Cette désinformation peut avoir un impact sur l’avis du public, comme pour des élections par exemple.

Pour mettre en valeur les possibilités de cette technologie, le cinéaste Jordan Peele avait réalisé une vidéo truquée de l’ancien président Barack Obama. Il avait utilisé l’intelligence artificielle pour modifier ses propos à l’égard de Donald Trump. Diverses méthodes existent actuellement. L’entreprise Nvidia a créé un outil de fabrication de deep fake basé sur un système de réseaux adversatifs générateurs. L’application Lyrebird permet de cloner des voix de façon convaincante et travaille actuellement sur la reproduction des expressions faciales.

Comment repérer les deepfake ?

Il existe une technique pour détecter avec efficacité un deepfake. L’anomalie du clignement des yeux est un défaut qui revient fréquemment dans ces vidéos. Dans une deepfake, la personne filmée cligne beaucoup moins souvent des yeux qu’il ne devrait. Or, nous sommes censés cligner des yeux toutes les 2 à 10 secondes. En temps normal, c’est ce qu’il se passe dans une vidéo authentique.

En plus du clignement des yeux, d’autres incohérences permettent de repérer les deep fake de mauvaise qualité. Il y a fréquemment des défauts au niveau des couleurs du visage modifié et une certaine déformation est visible. Cependant, la technologie progresse à vitesse grand V et les vidéos trafiquées sont de plus en plus réelles.

Des solutions apparaissent pour lutter contre les deepfake

Les autorités et institutions des divers pays se mobilisent pour éviter la propagation des deep fake. Vincent Nozick, un chercheur du laboratoire d’informatique Gaspard-Monge a ainsi mis au point un système de vérification basé sur le mouvement des paupières. Avec 68 millions de dollars de budget, l’agence de défense américaine travaille sur une solution.

Les géants de la tech s’y attèlent également. Microsoft a développé un logiciel d’analyse capable de déterminer l’authenticité selon un indice de confiance. De son côté, Facebook opte informer les utilisateurs avec un étiquetage « fake news » dès qu’une deep fake est repéré.