La chirurgie de pointe et l’informatique, comment le numérique participe à sauver des vies

La chirurgie de pointe et l’informatique

La technologie ne cesse de progresser et envahit dorénavant le domaine de la santé. Les logiciels de chirurgie assistée par ordinateur et les robots se multiplient au sein des blocs opératoires. Capables de limiter les erreurs et augmenter la précision, ces innovations accompagnent les médecins dans des opérations de plus en plus complexes.

Marché en pleine expansion la robotique et l’informatique chirurgicale vont avoir besoin d’experts pour développer les machines et systèmes de la santé de demain. Avec des formations en alternance variées, l’Afti Numérique combine toutes les compétences nécessaires pour prendre part à ces technologies révolutionnaires. Parmi les nombreux cursus proposés, on retrouve :

La préparation de lintervention

Déjà bien ancrée dans la médecine actuelle, la conception assistée par ordinateur (CAO) contribue à améliorer l’étude des différents cas en amont de l’opération. Au travers des multiples examens d’imagerie médicale, les logiciels d’aujourd’hui sont capables d’offrir des images 3D dune précision inégalée. Boostés par des systèmes d’analyse poussés, ils peuvent créer une reproduction virtuelle de la zone concernée. Il est ainsi possible d’en visualiser les divers composants tout en supprimant les tissus, les os ou autres pour plus de clarté. En cas de cancer, la tumeur peut ainsi être étudiée dans son ensemble et sous tous les angles. 

Une vue virtuelle aussi précise permet au chirurgien de juger des chances de réussites de l’opération. Des logiciels de réalité virtuelle de plus en plus performants sont développés afin de simuler une intervention précise en fonction des données enregistrées. Le chirurgien peut donc s’entrainer à réaliser les bons gestes au préalable.

La formation est un atout très utile de la CAO dans le domaine de la santé. Les experts de chaque domaine peuvent réaliser des opérations interactives avec différents scénarios programmés. Les logiciels de simulation 2D laissent dorénavant la place à des simulations très réalistes de réalité virtuelle en 3D.

Chirurgie et robotique

Durant une intervention, la CAO se montre d’une aide précieuse. Le chirurgien peut garder un œil sur les données collectées et schémas 3D réalisés lors de la phase de préparation. La réalité augmentée se fait petit à petit une place pour faciliter le travail avec des repères anatomiques, un ciblage virtuel…

Difficile de passer à côté des prouesses réalisées par la robotique dans le domaine chirurgical. Paramétrés en amont grâce aux informations de l’imagerie médicale, les robots ont pour objectif premier de favoriser la précision des médecins et leur efficacité.

Il existe deux types de machines :

  • Les robots télé-opérés sont pilotés par le chirurgien sur place ou à distance. Équipés de bras articulés avec différents outils et de minuscules caméras, ils effectuent les gestes chirurgicaux avec précision. Avec l’augmentation du débit internet et la réduction de la latence, il est possible de réaliser des opérations à grande distance. Déjà en 2001, un chirurgien français a ainsi opéré depuis New York la vésicule biliaire d’une patiente en France. Plus récemment en Inde, un robot a permis d’effectuer cinq interventions cardiaques à plus de 20 miles de distance.
  • Les robots autonomes sont plus complexes en termes de technologie, car ils réalisent seuls les interventions pour lesquelles ils sont programmés. Le plus connu est le modèle de radiothérapie Cyberknife. Il s’appuie sur un puissant logiciel de traitement d’images pour cibler les tumeurs avec un faisceau d’irradiation et réagir au mouvement du patient.

Linformatique : un rôle dans lavenir de la médecine

Avec les progrès en la matière, nul doute que les robots chirurgicaux vont gagner en autonomie dans les prochaines décennies. D’ici 2026, le taux de croissance de ce marché a été estimé à 19,9 %. De plus en plus miniaturisés, ils gagnent en maniabilité et se basent sur des logiciels toujours plus performants. Certaines innovations se dirigent vers des micro-robots paramétrés pour circuler dans notre corps et collecter des informations essentielles ou même délivrer des traitements. Pour les robots télé-opérés, les spécialistes informatiques travaillent actuellement sur l’amélioration du retour d’effort pour une sensation tactile plus réelle du chirurgien.