Le vote numérique, quels enjeux de cybersécurité ?

vote numérique

8 % des abstentionnistes déclarent quils voteraient sils avaient la possibilité de le faire à distance par internet. Rien d’étonnant à ce que la création de logiciels de vote numérique soit devenue un véritable enjeu. Cependant, les risques liés à la cybersécurité et la confiance de ce mode de scrutin ont été soulevés depuis plusieurs années.

Avec des formations complètes en alternance, l’Afti Numérique vous offre les compétences nécessaires pour relever les défis numériques de demain. En combinant théorie et expérience, on retrouve différents cursus en sécurité informatique :

Les points de sécurité à assurer pour le vote numérique

L’objectif ultime du vote numérique est un remède à l’abstention grandissante. En effet, l’électeur n’a plus qu’à rentrer son identifiant, son mot de passe, une justification par empreinte digitale ou faciale, avant de voter depuis son smartphone. Mais le débat pour un vote à distance n’est pas nouveau et des questions se posent sur son niveau de cybersécurité et sa fiabilité.

Les principaux points noirs résident dans le secret du vote et la vérifiabilité. Difficile de s’assurer du premier sans que le votant soit dans l’isoloir ! Pour le second, des solutions informatiques sont à l’œuvre afin de valider la prise en compte de chaque bulletin.

Le principe d’un vote numérique résiderait donc dans l’identification de l’électeur qui choisit ensuite parmi une liste. Le bulletin sélectionné est alors crypté avant d’être envoyé sur un serveur dédié. Pour une confidentialité optimale, le décompte des voix serait réalisé avant cryptage.

Les moyens pour y parvenir

À l’exemple du logiciel Belenios développé par le CNRS, il existe plusieurs solutions pour minimiser les risques de fraude. Pour effectuer le déchiffrement des bulletins lors du dépouillement, les responsables du scrutin disposent de plusieurs fragments dune clé de décryptage. Sans tous les morceaux, impossible d’interagir sur le vote.

Pour le votant, un jeton de vote à usage unique est attribué. De cette manière, il est possible de vérifier la validité des bulletins et un piratage est aussitôt repéré. Que faire si un hacker parvient à s’emparer d’un bulletin chiffré avant sa comptabilisation ? Le système en place peut le déjouer en générant un code aléatoire dans le cryptage lors de lenvoi du bulletin. Si celui-ci est modifié puis, à nouveau envoyé, un second code met en doute sa validité.

Des difficultés qui perdurent

Malheureusement, le système de vote numérique ne peut pas être sans faille. Il est impossible de dire avec certitude que le vote de chaque électeur s’est fait en toute bonne foi et sans contrainte extérieure. Comment vérifier si la personne n’a pas été influencée ou menacée ? Aucun isoloir n’assure la confidentialité du vote. De plus, le vote est effectué depuis un ordinateur, rien ne garantit quun programme malveillant nest pas capable de le modifier avant qu’il ne soit officiellement envoyé.

Le vote numérique à distance a pour le moment encore des limites et l’innovation en la matière se poursuit pour passer outre ses difficultés. Dans un premier temps, il est impératif d’améliorer la fiabilité des logiciels pour le recueil et le comptage des votes. Dans un second, il faut renforcer la connexion et la sécurité des réseaux informatiques du système de vote. Pour fonctionner, la garantie d’une sécurité contre les attaques sur les serveurs et les terminaux des votants doit être optimale.

Devant cette nécessité de progrès en cybersécurité, les formations Afti Numérique apportent les connaissances nécessaires pour votre future carrière en informatique. De quoi trouver de nouvelles solutions pour des projets importants comme le vote numérique.