Dans le domaine médical, l’intelligence artificielle est à l’origine de nombreuses avancées technologiques. Elle s’attaque dorénavant à la prédiction des arythmies cardiaques avec la création d’un modèle testé avec succès par les spécialistes de l’établissement public de santé AP-HP.

Les compétences informatiques et numériques sont de plus en plus sollicitées dans le secteur de la santé. Avec les différents domaines liés à l’intelligence artificielle, l’Afti Numérique vous prépare aux futurs enjeux de demain. Parmi diverses formations en alternance, les étudiants gagnent en expérience et en compétences au travers de cursus comme :

Mastère – ingénieur en cybersécurité (FORCYS) – Titre Rncp niveau 7 

Un véritable progrès technologique

Touchant plus d’un million de personnes, l’arythmie cardiaque est une maladie méconnue. Potentiellement mortelle, elle est cependant prise très au sérieux. Actuellement, le médecin cardiologue est le seul capable d’étudier l’électrocardiogramme pour identifier les cellules pathologiques et détecter les risques. Il compare la durée de l’intervalle des ondes Q et T avec la fréquence cardiaque du patient. Une méthode qui n’est pas 100 % efficace.

Le logiciel développé par les chercheurs réalise un diagnostic rapide et compare les résultats avec une grande base de données de signaux infracardiaques. Il repère donc avec précision si le signal est pathologique ou non. Ce système de détection se montre plus fiable qu’une simple surveillance et peut contribuer à une diminution considérable du risque d’arythmies. Il constitue un enjeu important de santé publique en permettant une détection plus précoce et une confirmation pour la prescription de certains médicaments. Des avantages attestés par les scientifiques de l’Institut de recherche pour le développement, de la Sorbonne et de l’Inserm.

Objectif : déceler le risque de torsade de pointe

La principale pathologie visée par les chercheurs est la torsade de pointe. S’il peut être héréditaire, ce trouble du rythme cardiaque est également possible lors de la prise d’un médicament. Or, 50 % des patients sont asymptomatiques. Ce problème n’arrête pas l’intelligence artificielle du logiciel qui est capable de prédire 24 h à l’avance une arythmie cardiaque à partir d’un simple électrocardiogramme.

Grâce à un apprentissage en deep learning, l’IA repère les changements inhabituels entre les ondes Q et T. Différents algorithmes ont été utilisés pour améliorer cette détection par des modèles de réseaux neuronaux convolutifs. Les tests ont été réalisés en étudiant des ECG de patient ayant pris du Sotalol. À l’origine pour agir en prévention de certaines tachycardies, ce médicament peut être responsable de torsades de pointe chez des patients où le risque n’a pas été décelé. Avec cet outil, les services publics pourraient mettre en place une surveillance bien plus poussée qu’un médecin. Un moyen d’améliorer également la pratique clinique avec des résultats plus précis.

Un véritable atout pour les déserts médicaux

En plus de sa fiabilité, ce logiciel pourrait permettre d’atteindre plus aisément des lieux reculés touchés par la désertification médicale. Si cela concerne les pays du Sud à grande échelle, il en est de même au niveau régional. Un tel outil de prévention pourrait simplifier grandement le travail des médecins et diminuer fortement les décès dus aux arythmies cardiaques à travers le monde.